Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/02/2007

Frachon - Velickovic

Le Centre «Benoît Frachon» de Gif-sur-Yvette (91) est le centre de formation syndicale de la CGT

medium_logo_cbf_30.jpg


                                                                                             medium_jpg_courcelle_dehors.5.jpg

 

    En mai 2005, la CGT a fait réaliser une lithographie témoignant évoquant les engagements de Benoît Frachon. Une rue contiguë au siège national de la CGT et de ses fédérations, dans le 20ème arrondissement de Paris, est ainsi devenue ainsi la rue Benoît Frachon.


    Dans le cadre du 60ème anniversaire de la libération de la capitale, Paris et sa municipalité ont reconnu le rôle tenu durant la résistance par celui qui fut secrétaire de la CGT. Né le 13 mai 1893 à Chambon-Feugerolles, près de Saint-Etienne dans une famille de mineurs, ouvrier métallurgiste à l'âge de 13 ans, Frachon adhère a la C.G.T. dès ses 16 ans. Au lendemain de la première guerre mondiale, il adhère au Parti Communiste Français qui vient de se fonder à Tours en 1920. Membre, puis Secrétaire Général (1933) de la Confédération Générale du Travail Unitaire, (C.G.T.U.).

medium_bfrachon.2.jpg    Dirigeant de premier plan de la C.G.T. après la réunification syndicale de 1935, signataires des "Accords Matignon" qui terminent la grève générale de juin 1936. Durant la guerre, Frachon est un des principaux dirigeants du PCF clandestin, plus spécialement chargé de l'action syndicale. Après la guerre, il sera élu Secrétaire Général de la C.G.T. en 1945 et sera l'un des principaux protagonistes de la scision syndicale qui donne naissance à Force Ouvrière. Il est ensuite le dirigeant incontesté de la C.G.T., alors au faîte de sa puissance. Frachon est évidemment aussi étroitement associé à la direction du P.C.F. Il meurt en 1975 après quelques années à la Présidence de la C.G.T.

Dans le cadre du 60ème anniversaire de la libération de la capitale, Paris et sa municipalité ont reconnu le rôle tenu durant la résistance par celui qui fut secrétaire de la CGT. A cette occasion, la CGT a demandé au peintre Vladimir Velickovic de créer une lithographie témoignant de l'événement et évoquant les engagements de Benoît Frachon. Son œuvre et sa vie illustrent et incarnent l'action de la CGT, du syndicalisme, pour une société libre et solidaire. En exprimant force et modernité, cette lithographie rend hommage au syndicalisme uni et conquérant.

medium_velickophot.jpg    Né à Belgrade en 1935, Vladimir Velickovic vit et travaille à Paris depuis 1966. Il est chef d’atelier à l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris depuis 1983. L'artiste appartient à l'un des courants de la Nouvelle Figuration, n'hésitant pas à investir les sujets de notre époque.
   

Témoin, dans son enfance, des atrocités commises par les nazis en Yougoslavie, il a été marqué pour la vie, et il a voué sa peinture à la représentation du corps. Déchiré, mutilé, secoué par des douleurs atroces, voué à d’épuisantes courses sans issue, éventuellement métamorphosé en chien ou en rat, le corps de l’homme est un champ d’investigation inépuisable pour Velickovic.

medium_velicko1.jpgmedium_velicko2.jpgmedium_velicko3.jpgmedium_velicko4.jpg

La découverte des tableaux de ce peintre à la renommée internationale est troublante : paysages désolés, horizons bouchés, visions de guerre et de carnage, gibets, pendus, crochets, rats, rapaces, chiens aux muscles bandés forment un univers macabre et agressif, où les représentations du monde et du corps humain sont autant d’illustrations des souffrances possibles.

 

Tiré d’un article du 25 mars 2005 – Site CGT

00:04 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

09/02/2007

CTE du 25 janvier 2007, première rencontre avec le directeur du CH L'Aigle

     Monsieur le Directeur,

     Avec votre arrivée, c’est la fin de l’ère MICHEL, fonctionnaire au poste de directeur sous le statut de la fonction publique hospitalière. 

     Statut pour lequel il n’a pas eu un grand  respect : par exemple, des contrats de travails illégaux (DRH, AEQ, AS en CDI), le mépris des instances représentatives du personnel et donc de ses collègues : du soignant à l’administratif en passant par les logistiques.

     Sachez, Mr le Directeur, que la CGT envisage de demander une expertise comptable, notamment pour éclaircir le financement du cabinet conseil CAP GEMINI, qui est entré dans notre établissement avec Mr MICHEL, pour une mission définie et qui se trouve aujourd’hui derrière une multitude de projets (OAP, informatique…). CAP GEMINI fait partie des requins à l’affût des budgets de la sécurité sociale.

     On peut considérer que CAP GEMINI est au CH de l’Aigle ce que sont les doryphores aux pommes de terre !!!

     Les hôpitaux « ont joué le jeu » de la T2A et sont pour 80% d’entre eux en déficit (3,8 millions d’euros pour le CH de L’Aigle*) contrairement aux cliniques privées qui ont vu par ce biais le moyen de frauder la sécurité sociale ; preuve que cette réforme ainsi que la nouvelle gouvernance ne sont pas les solutions adéquates aux problèmes de santé en France. 

     La CGT n’accompagnera en aucun  cas ces réformes.

     En plus de ces problèmes budgétaires, Mr le Directeur, vous avez à regagner la crédibilité de la direction auprès des agents, nous sommes heureux de vous avoir entendu « homme de terrain » lors des vœux. Homme de terrain que se disait également Mr MICHEL, surtout à son  arrivée avec son petit cahier bleu que nous n’avons jamais revu. Nous sommes heureux de savoir que quelqu’un va descendre de la tour d’ivoire constater les conditions de travail dans les services.

     Ce que nous déplorons aussi lors des voeux, ce sont les propos inexacts de Mr YVON, maire de L'aigle et président du C.A. de l'hopital, sur le financement du projet immobilier. Nous tenons à rappeler :

o                   Qu’aucun plan de financement n’a été établi pour le projet immobilier.

o                   Que c’est le gouvernement que soutient Mr YVON qui nous met dans ces difficultés financières.

     En espérant, Monsieur le Directeur, que nos relations seront constructives et basées sur le respect mutuel, nous vous souhaitons donc la bienvenue.

* estimation : octobre 2006                                 

 

Grève du 8 Février 2007

     CGT – FO – FSU – UNSA – SOLIDAIRES

Communiqué

Pour nos salaires, l’emploi public et la défense des missions,

Tous dans l’action et la grève le 8 fevrier

Les organisations de fonctionnaires (CGT– FO – FSU – UNSA – SOLIDAIRES) exigent l’ouverture immédiate de véritables négociations portant sur :

   Le maintien du pouvoir d’achat du point en 2006 ;

   L’augmentation des salaires pour 2007 sur la base minimum de l’inflation prévue, soit 1,8 % ;

   Le rattrapage sur les pertes intervenues depuis 2000 (+ de 6 %) ;

   Une refonte globale de la grille indiciaire.

Elles constatent également une dégradation alarmante des conditions de travail, la multiplication des attaques contre le service public, des réductions massives d’emplois et de recrutements publics et l’aggravation de la précarité.

Le ministre de la Fonction Publique vient d’annoncer de façon unilatérale des mesures qui constituent une avancée minimale. Même si elles sont à mettre au crédit des actions unitaires et des luttes dans les différents secteurs, elles laissent entier l’essentiel du contentieux, d’autant plus que le ministre lui-même les présente comme un échange emplois contre salaires.

Or, les services publics sont essentiels pour la population et l’aménagement du territoire. Leurs agents ont droit, comme tous les salariés, à une juste rémunération de leur travail et aux moyens nécessaires à l’exercice de leurs missions.

Combattant les logiques « travailler plus et gagner moins » et « moins de fonctionnaires mais mieux payés », les organisations syndicales appellent l’ensemble des personnels de la Fonction publique (Etat, territoriaux, hospitaliers) à participer massivement à la journée d’actions du 8 février 2007 en particulier par la grève et les manifestations.

-         Pour l’ouverture immédiate de véritables négociations sur l’ensemble du contentieux salarial, la refonte de la grille et le niveau des pensions.

-         Pour une politique d’emploi public statutaire qui corresponde aux besoins.

-         Pour la défense des services publics et de la fonction publique.

-         Pour l’amélioration des conditions de travail et de vie de tous les personnels.

En cas d’absence de réponse positive, elles envisageront ensemble, après cette journée, les suites à donner à la mobilisation.

08/02/2007

Journée à thème

Attention nouvelle journée à thème : information sur les droits à la retraite,

au sein du local CGT de votre hopital, pour répondre à vos attentes :

 

Le jeudi 15 Mars 2007 de 14h à 16h