Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/04/2008

Démentellement de l'hopital public


15 avril 2008

 « Est déclarée

ouverte…

la nouvelle

réforme hospitalière ! »




Il semblerait que le gouvernement soit passé du stade des cogitations à celui des grandes manoeuvres, depuis que les différents rapports (Larcher, Ritter, etc.) en discussion au Ministère sont cités dans les médias, et annoncés comme la préfiguration d’un texte de loi dit de :

« modernisation de la santé ».

 

Avec, en perspective un projet « mis en examen » au parlement l’été prochain ! Sans parler des déclarations percutantes des Directeurs de CHU, de la Fédération Hospitalière de France, quand ça n’est pas notre Ministre Roselyne Bachelot qui redessine, selon une logique industrielle et commerciale, la carte des territoires de santé du pays .

A ce titre, le récent article du Nouvel Observateur (20 Mars 2008) dresse une carte préoccupante de la situation incertaine d’une centaine d’hôpitaux…

 

 

Ce n’est rien moins que la fin de l’Hôpital Publicqui est écrite, et sa conversion en établissement industriel et commercialdont les objectifs auront des conséquences désastreuses pour les patients et les personnels. La CGT ne cesse de répéter que la santé n’est pas une marchandise !

Elle rappelle que ce glissement d’un statut public vers le privé n’est rien d’autre qu’une politique affirmée de commercialisation des services, qui s’oppose aux valeurs et aux engagements d’une santé meilleure et plus juste pour tous.

Nous ne voulons pas d’une santé à deux, trois voire plusieurs vitesses !

 

S’il est vrai que le système de santé subit les changements profonds enregistrés par la société, il n’en demeure pas moins que la rentabilité des soins, la précarisation du travail de tous les personnels de la santé, ne peuvent être la réponse à notre monde en mutation. Elles ne font que satisfaire un « rêve marchand » !!!

 

 

 

Nous sommes, vous êtes tous concernés ! Du patient à l’infirmière, de la secrétaire au kinésithérapeute, de l’électricien au médecin, c’est toutes et tous qui vont voir leur statut s’effacer et disparaître, comme l’ont vu les employés de France Télécom. Voici venir le temps du salaire au mérite (qu’est-ce que mieux soigner ?), de la mission en contrat de travail à durée déterminée avec objectifs financiers à la clé, l’attente différée des soins, la prolifération des offres commerciales de mutuelles, l’accroissement des rythmes de travail là où, déjà, les effectifs font défaut, etc.

 

 

Est-ce ce modèle de santé publique que nous voulons ?

 

 

Qu’en est-il ici, dans notre Hôpital à L’Aigle, dans notre région ?

Nos responsables et notre hiérarchie cautionnent-ils, soutiennent-ils ces projets ?

Quelles dispositions, en concertation avec l’ensemble des professionnels, envisagent-ils pour « demain »?

Le silence, dans les établissements,et particulierement dans le notre, qui accompagne la rumeur persistante dans les médias (réforme des Hôpitaux), nous parait lourd de sens .

Le syndicat CGT vous informera au plus près de la situation, et tentera avec vous, si vous le souhaitez, de mettre en échec ce projet de casse de l’Hôpital Public et de la mise en place généralisée d’un système privé de santé.

La CGT a des propositions, elle les fera connaître.

Le bureau CGT

 

 

BREVES

 

La Sécurité sociale va-t-elle perdre la vue ? 

 

Roselyne Bachelot, ministre de la Santé, a annoncé ce dimanche que certains soins, comme l’optique, seraient désormais à la charge des complémentaires santé.

L’annonce a pris tout le monde de court : la Sécurité sociale pourrait, à l’avenir, se désengager totalement de certains secteurs comme l’optique. Bien sûr, elle ne rembourse aujourd’hui que peu sur la monture et les verres.. Mais à l’heure où, pour beaucoup de Français, les fins de mois sont difficiles, la proposition a de quoi inquiéter. Surtout que près de 35 millions de Français sont concernés par le port de lunettes ou de lentilles.

Cette annonce s'inscrit dans le démantèlement méthodique de la sécurité sociale et, plus généralement, des acquis sociaux hérités de 45.

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.