Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/10/2008

Communiqué de Presse

A l’heure où les postiers se battent contre la privatisation de la poste (61% des français soutiennent le mouvement), et que l’on supprime 10 000 postes dans l’enseignement par an, voici que pointe à l’horizon la privatisation de l’hôpital public. La recette employée à grand coup de médias est la même que pour France Télécom, la SNCF et les autres fonctions publiques. C'est-à-dire rendre les usagers insatisfaits de la prestation. La stratégie est simple : réduire les budgets (les moyens humains entre autre) pour mieux annoncer la réforme.

Pour ce qui est de l’hôpital public, cela se traduit par 70% des hôpitaux en « déficits » : Peut-on croire qu’il y a 70% des directeurs incapables de gérer leur établissement ?

Et voila que notre président présente aux médias un projet « HOPITAL, PATIENTS, SANTE, TERRITOIRE » signe de modernisation !

Hors, sous ce terme se cache la CASSE de l’hôpital public et à long terme la mise en place d’un système de santé à l’américaine avec une offre de soins à 2 vitesses.

 

Oui, au J.T. de 20h00, on nous annonce sans complexe que les caisses de l’état et de la Sécurité Sociale sont vides (discours récurent), alors on supprime un poste de fonctionnaire sur 2 partant en retraite, et que le gouvernement ne reverse pas toutes les taxes, tabac, alcool dans les caisses de la Sécurité Sociale. Il y a aussi 26 milliards (en 2007) d’exonération de cotisations patronales, sous prétexte de compétitivité et sans effet sur l’emploi.

Le problème des hôpitaux est donc bien le sous financement de la Sécurité Sociale. Pour les banques le gouvernement trouve 6 milliards par contre pour la santé il n’y a pas un centime.

Les seules solutions, trouvées par le président et son gouvernement sont : les franchises médicales, le forfait de 18€ sur les actes techniques lourds, les 1€ par consultation et actes techniques, le forfait hospitalier, les médicaments non remboursés ou seulement à 30% (ex : pour un malade en affection de longue durée cela lui coûte 810€ par an).

 

La CGT dénonce cette inégalité d’accès aux soins pour tous. Par ailleurs la CGT a des propositions pour le financement de la Sécurité Sociale, en voici quelques une :

  • Mettre à contribution tous les revenus financiers (bourse…).

  • Pénaliser les entreprises qui licencient pour augmenter leurs profits.

  • Favoriser les entreprises qui investissent dans l’emploi et l’outil de travail.

  • Supprimer les exonérations de cotisations patronales et les parachutes dorés.

  • Refonte du financement de la sécurité sociale en tenant compte des résultats des entreprises.

  • ……..

 

Qu’est ce que ce projet de loi « HSPT » (Hôpital, Santé, Patients, Territoire)?

 

  • C’est la REFORME des hôpitaux.

  • Le transfert des coûts de la santé vers les ménages, par l’augmentation des déremboursements.

  • C’est la Hiérarchisation des établissements dans le département, permettant ainsi la fermeture des services considérés comme non rentables.

  • Cette réforme impose une obligation de résultats. Mais quels résultats ? celui de bien soigner les patients avec moins d’argent, vu le sous financement des hôpitaux ?

  • Possibilité de recourir à des fonds privés pour augmenter les recettes de l’hôpital !

  • La gestion du patrimoine public confiée à des entreprises immobilières.

  • La fin du fonctionnaire hospitalier.

  • La fin de l’hôpital public et de la sécurité sociale telle qu’elle a été créée en 1945.

 

Est-ce que la privatisation de France Télécom a réduit notre facture ?

 

La CGT prépare un débat conférence

A L’AIGLE

Sur ce projet de loi et ses conséquences.

 

Est-ce que santé publique doit être synonyme

de santé MARCHANDE ?

Les commentaires sont fermés.