Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/09/2012

Service GYNECO OBSTETRIQUE

 

Stop, il faut que cesse la chasse aux sorcières « soit disant » responsables du trou financier de notre hôpital. Pendant longtemps la chirurgie était visée, aujourd'hui la Direction, sous les ordres de L'ARS et du ministère change d'angle et s'attaque au service gynécologie obstétrique. Partie avec une idée de suppression de lits, la direction est passée à une volonté de réduire une nouvelle fois (car 2 postes ont déjà été supprimés) l'effectif de ce service au détriment de la qualité de la prise en charge de la patiente, de la maman et du bébé, ainsi que de leur sécurité.

Après l'intervention du chef de service et de son personnel, la direction semblerait ajourner cette décision, mais continue à faire culpabiliser l'équipe puisqu'elle lui demande de trouver des solutions pour « rembourser une dette de 200 000€ d'ici la fin de l'année ».

Les agents doivent-ils mettre la main au porte monnaie ?

 

Pour la CGT rien n'est négociable, le personnel de ce service n’est pas en surnombre, il fait son travail et ne peut être tenu responsable des choix politiques de santé.

Nous sommes tous d'accord pour une bonne gestion de l'argent public mais le système de financement actuel, qui est la tarification à l'activité (T2A), ainsi que la loi Hôpital Patient Santé Territoire (HPST) fausse la donne et, sous couvert de rendements financiers, nous maintient la tête sous l'eau.

 

La CGT ne cautionnera pas la détérioration des prestations dues à la population et encore moins sous le prétexte économique, le sous financement de la Santé gangrène nos Hôpitaux.

Les commentaires sont fermés.