Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/09/2016

15 sêptembre 2016

 

Vendredi 09 septembre 2016

 

Contre la Loi Travail

et pour

De meilleurs conditions de travail

 

Le syndicat CGT de l'hôpital de l'Aigle appelle à une heure de grève minimum contre « la loi travail » et la détérioration de nos conditions de travail.

 

Mme Touraine doit revoir sa politique de santé et surtout d'économie. Le syndrome France Télécom a contaminé les hôpitaux.

Depuis le mois de Juin, 5 collègues paramédicaux se sont suicidés sur le territoire français mais apparemment le ministère est plus préoccupé par les « pokémons » que par la santé physique et morale de ses agents.

 

Jeudi 15 septembre 2016

journée de mobilisation et grève

 

Rassemblement à 15h00 dans le hall du scanner

  • informations sur les réorganisations de services débattus au CHSCT et CTE du vendredi 09,09,16.

  • échanges et décisions des suites à données.

 

Autre rendez-vous: Manifestation à Alençon

11h30,Place foch

Départ co-voiturage à 10h00 des locaux syndicaux CGT

 

Salariés du privé et du public…

Tous ensemble car nous sommes tous concernés

02/03/2014

3ème Mobilisation Régionale santé et action sociale le 18 Mars à Alençon

FédéSanté.jpg                              18 MARS 2014

TOUS ENSEMBLE A ALENCON

Grève et mobilisation

11hà 13h = Distributions à la population de tracts

13h Rassemblement devant la mairie

14h30 Marche vers l’ARSA

(Association de reinsertion en difficulté)

 

Dans le cadre de mobilisations régionales santé et action sociale sur la revendication : «  Création d'un véritable service public de la santé et de l'action sociale et reconquête de la protection sociale », après le 23 janvier à Caen, le 18 février à Cherbourg, maintenant le 18 mars à Alençon : VENEZ AVEC NOUS, DIRE STOP …..

Même s’il y a un appel à mobilisation inter-pro, intersyndicale, organismes sociaux  CGT à Paris, cette journée était programmée, nous gardons le même mode de mobilisation  CGT SANTE : distribution d’un 4 pages, sur ronds-points  à différentes entrées d’Alençon entre 11h et 13h, prise de rendez vous avec la municipalité, rassemblement à 13h  des 3 départements : ORNE, CALVADOS et MANCHE devant la mairie, prise de parole, compte rendu de la délégation reçue par la municipalité, puis vers 14h30 Marche vers l’ARSA ( association de réinsertion qui ferme ses ateliers et qui va licencier..) pour les soutenir avec SUD Santé et la CGT santé et action sociale.

Par ces actions, nous voulons faire entendre les propositions de la CGT, sur le manque de moyens dans les établissements de la santé qui mettent en péril la santé des usagers mais aussi de ses salariés… (Prise en charge, burn-out des soignants…)

Nous ne voulons plus de cette politique de santé : nous disons STOP A LA SANTE MARCHANDE !

LE CAPITALISME, C’EST MAUVAIS POUR LA PROTECTION SOCIALE ! LUTTER C’EST « VITALE »  POUR NOTRE SANTE !

NOUS EXIGEONS DES MOYENS POUR SOIGNER ET PRENDRE EN CHARGE, sur les bases de la sécurité sociale initialement créées : cotiser selon ses moyens, se soigner selon ses besoins.

Nous réclamons  le même accès aux soins  pour tous quelque soit son lieu d’habitation, son âge, sa pathologie, son origine, ses moyens … = PROXIMITE et QUALITE tout au long de la vie.

Nous n’acceptons pas que des lits ferment au CHIC Alençon/Mamers pour se voir rouvrir à la clinique quelques mois plus tard !, que l’IRM mobile L’Aigle, Falaise, Argentan se voit refuser pour devenir lucratif à Alençon !, Que le mammographe de ville soit rééquipée et pas celui de l’hôpital !

Ø  La création d’un pôle financier public et établir un mécanisme de crédits à taux réduits pour la santé

Ø  une réelle évaluation des dégâts engendrés par la loi HPST,

Ø  un mode  de financement alternatif à la T2A,

Ø   une position ferme envers les banques qui ne veulent plus prêter aux hôpitaux,

Ø   un reversement de la TVA au même titre que pour le privé,

Ø   l’arrêt de la médecine à plusieurs vitesses avec la mise en place obligatoire de mutuelle à plusieurs niveaux……

3ème Mobilisation Régionale santé et action sociale le 18 Mars à Alençon

TOUS A ALENÇON, MARDI 18 MARS !

Les salariés du secteur de l’action sociale et de la santé privée de l’Orne sont appelés à la grève et à la mobilisation pour la défense de la santé et de l’action sociale publique, ainsi que de la protection sociale.

Le démantèlement organisé d’établissements de notre secteur professionnel se poursuit !

 Les choix des politiques et des agences régionales de santé sont toujours les mêmes : soutien des employeurs ne respectant le code du travail et les conventions collectives et attaquant nos militants, casse du secteur de la réinsertion, priorisation du secteur privé lucratif au détriment du secteur public, remise en cause de notre système de protection sociale, choix de restrictions et d’austérité conduisant à des suppressions de personnels et de services utiles aux personnes en difficulté !

ASSEZ !

Le rapport de force reste à maintenir, la grève et la mobilisation sont un des moyens pour faire changer la donne.

A l’initiative de la coordination régionale santé CGT et des unions santé départementales CGT 61,14 et 50

Rendez-vous à Alençon, mardi 18 mars :

Ø  Distribution de tracts sur les ronds points entre 11h et 13h

Ø  Rassemblement devant la mairie à partir de 13h, avec restauration

Ø  Soutien aux salariés de l’ARSA à l’appel de la Cgt et de Sud Santé à partir de 14h30, rue du collège

 

Une mobilisation interprofessionnelle et intersyndicale nationale est également lancée sur le thème du refus de l’austérité, de la défense de la protection sociale, de l’emploi et de l’augmentation du pouvoir d’achat pour cette même date.

 

2ème mobilisation = défense santé et action sociale publics à CHERBOURG

 La délégation (usd 14, usd 50 et usd 61, avec le coordinateur régionale et le comité régional) a été accueillie par : le 18 février

Mr Houllegatte,  maire de Cherbourg et Mr Bastian son  adjoint aux affaires sociales.

En premier lieu, la délégation a tout d’abord tenu à rappeler les motifs et objectifs de la mobilisation de ce jour. Elle a fait part de sa première mobilisation du 23 janvier avec les propos de Mr Duron et ses engagements (courrier  à la ministre de la santé et forum de la santé).

Le dialogue commence sur le rôle de la sécurité sociale, ses branches famille et maladie qui subissent des attaques dramatiques pour le fonctionnement de nos  hôpitaux….

La Sécu est à nous,  elle est financée sur nos salaires, depuis une période de crise, 1945 !

 Un état des lieux de la situation de l’hôpital public de Cherbourg est dressé au même titre que la plupart des hôpitaux publics de France et de Navarre. Les regroupements des hôpitaux, les fermetures d’établissements, ne sont pas des réponses adaptées aux besoins.

 

  Par  notre action, nous souhaitons faire réfléchir le gouvernement par le biais des élus, pour mener une autre politique de santé, qui permettrait :

                                -    l’accès aux soins pour tous,

-  une réelle évaluation des dégâts engendrés par la loi HPST,

- un mode  de financement alternatif à la T2A,

- une position ferme envers les banques qui ne veulent plus prêter aux hôpitaux,

- un reversement de la TVA au même titre que pour le privé,

- l’arrêt de la médecine à plusieurs vitesses avec la mise en place obligatoire de mutuelle à plusieurs niveaux……

Nous avons également soulevé fortement l’inégalité de prise en charge sur le territoire selon la proximité du CHU ou pas (exemple pour la prise en charge d’infarctus  si on habite à Cherbourg ou à Caen …. Par défaut de plateau technique de coronarographie)

Nous dénonçons le non changement de Politique de santé en Basse Normandie malgré un changement de gouvernement et même une volonté maintenant certaine de favoriser le privé lucratif au péril des hôpitaux publics (IRM mobile, équipement en mammographie, fermeture de lits en publics pour les ouvrir dans le privé lucratif…).

Sans oublié les conditions de travail, nous avons soulevé que nous considérons que la situation envers les salariés, les patients et les citoyens s’apparentent à de la «  Maltraitance ».

En effet, les personnels ne sont plus en nombre, ne sont pas satisfaits de leur travail, les patients en subissent les conséquences et l’offre de soins ne permet pas d’apporter les mêmes accès aux soins à chacun….

Le burn-out est palpable pour tous les corps de métiers et on continue à nous diriger comme une entreprise. Il y a une perte du sens du travail, les 12h ne font que permettre d’envisager d’être moins au travail mais laisse les personnels insatisfaits de leur travail, nous demandons que le sous financement de la santé ne doit plus envisager en réponse à l’endettement des attaques sur les effectifs, les RTT, les durées et conditions de travail.

La délégation a également alerté sur la situation de l’action sociale et médico-sociale confrontée à des plans sans précédent de restrictions budgétaires qui entrainent fermetures d’établissements ou de services, restructurations, dégradation des conditions de travail.

Il est rappelé que la prise en charge actuelle en psychiatrie, dans l’action sociale et le pénitencier ne doivent pas revenir à terme stigmatisé les individus et les marginaliser au risque de multiplier les SDF et la prise en charge caritative (qui serait un désastre de désengagement du gouvernement)

Pour parler tout particulièrement de la situation de la Manche, il a été rappelé que le centre de santé des armées fermé il y a 10 ans, avez engendré des promesses sur l’emploi et la prise en charge loin d’être tenu à ce jour.

Ces deux élus ne donnent pas suite aux sujets qui leur semblent d’ordre national et ne feront pas de commentaires. Et pourtant ce qui se passe localement, régionalement sont bien à régler au niveau national.

Nous sortons de cette rencontre sans beaucoup de satisfaction ni d’espoir.

Nous attendons que Mr Duron prenne les engagements qu’il a pris.

Nous vous donnons rendez vous à Alençon pour la même initiative le mardi 18 mars 2014.

13/02/2014

2ème mobilisation = défense santé et action sociale publics

   

2014

Pour la création d’un véritable service public de la santé et de l’action sociale et la reconquête de la protection sociale du 23 janvier au 18 février

 

Le 23 janvier à Caen

 

 

 

Sur trois ronds points de l’agglomération caennaise, les militant-es CGT des trois départements bas normands se sont déployé-es pour distribuer une information expliquant les propositions de la CGT à la population.

Cela a été aussi l’occasion de dévoiler la réalité des hôpitaux, des services de l’action sociale et les projets ou actions néfastes de l’Agence Régionale de Santé

 


Au rond point de Bretteville sur Odon, à la sortie de l’A84,

 

Les militant-es de la Manche ont exposé aux passants les déficits organisés des hôpitaux du département, avec les suppressions de postes qui génèrent une baisse de la qualité des soins et des temps de prise en charge plus longs dans le service public (150 suppressions de postes annoncés au CHPC (Cherbourg-Valognes), d’autres suppressions à St Lô) ….

C’est aussi la scandaleuse décision du Conseil Général de modifier en profondeur la prise en charge de la perte d’autonomie des personnes âgées ainsi que des personnes handicapées, sans aucune concertation avec les services prestataires, plongeant ceux-ci et les familles dans d’énormes difficultés financières.

 Au rond point d’Ifs, le rond point bleu,

 

Les militant-es de l’Orne ont pu expliquer aux conducteurs de véhicules les fermetures de services orchestrés par le Conseil Général : fermeture d’une maison d’enfants à caractère social à Flers, de l’association ornaise de logements temporaires pour jeunes à Alençon, l’incertitude de l’orientation et du projet de l’ITEP de Champthierry  et surtout  la suppression des ateliers de l’ARSA.

Dans le sanitaire, le regroupement d’hôpitaux comme celui de Vimoutiers avec Lisieux, les suppressions d’emplois, de RTT, les changements d’horaires au CHIC Alençon Mamers. Le pire étant sans doute le refus d’un IRM public mobile prévu pour trois établissements au profit d’un IRM au privé lucratif à Alençon.

Au rond point de l’os à moelle, à côté du CHU

 

Là, ce sont les militant-es du Calvados qui ont parlé des restructurations faites dans tous les hôpitaux et services sous le seul regard de la marchandisation de la santé et de l’action sociale : la décision de fermer la maternité de Vire qui condamne cet hôpital à devenir à terme une grande maison de retraite, la seconde maternité à fermer étant celle de Falaise ; les suppressions de postes à l’hôpital de Bayeux, sans parler des menaces sur le CHU et l’EPSM de Caen. Tous les services de l’aide à la personne sont directement menacés par les décisions du Conseil Général de modifier les prises en charge pour des raisons uniquement budgétaires….

Après avoir partagé un pique nique devant la Mairie de Caen, une délégation a été reçue par Mr le Député Maire, Philippe DURON

 

Pendant plus d’une heure et demie, la délégation lui a transmis nos constats, nos analyses et nos propositions sur la santé et l’action sociale ; celui-ci nous a rappelé qu’il avait voté contre la loi HPST qui a mis en place les ARS et qu’il ne comprenait pas l’attitude de celle de Basse Normandie qui privilégie le privé lucratif au détriment du service public.

A l’issue de ce long échange, Mr DURON nous a informé qu’il allait adresser un courrier à la Ministre Marisol TOURAINE et qu’il allait proposer aux députés de la majorité d’organiser un forum autour des questions de santé publique. Nous lui avons répondu positivement quant à notre participation active à ce forum.

 

Et demain, le 18 février,

nous continuons notre action.

Ce sera à Cherbourg à partir de 11H.

 

Nous appelons toutes celles et ceux qui défendent le service public et la protection sociale à nous rejoindre sur les ronds points de Cherbourg et devant l’Hôtel de ville.

Un préavis de grève a été déposé pour cette  nouvelle, mais pas dernière, action.

20/01/2014

Pour un réel CHANGEMENT !

La politique gouvernementale actuelle suit les orientations du grand patronat (MEDEF) dont le but est de réduire «les charges» (le véritable nom est cotisations sociales) des entreprises pour assurer plus de dividendes aux actionnaires.

Il n'y a aucune volonté politique de renflouer les caisses de la sécurité sociale. Les réductions ou exonérations de cotisations sous prétexte de la compétitivité des entreprises réduisent d'autant plus le budget des hôpitaux et de la protection sociale.

Le ministère de la santé via les ARS (Agences Régionale de Santé) impose des Contrats de Retour à l'Équilibre Financier. Cette pression financière pousse les Directions à pratiquer des restructurations et réorganisations,

 

Certaines Directions tentent:

  • Des réductions d'effectif,

  • Des transferts/transformations de postes au détriment des équipes soignantes,

  • Des fermetures de services.

 

D'autres:

  • Abusent des Contrats à Durée Déterminée, malgré un protocole national sur la résorption des emplois précaires et sans lesquels les hôpitaux ne pourraient fonctionner.

  • Attaquent des droits négociés ou statutaires comme les RTT, le temps de repas, le temps d'habillage, le temps de travail à temps partiel, l'amplitude horaire de travail journalier.

 

Après analyse, toutes ces tentatives portées uniquement sur la masse salariale restent vaines pour répondre au dictat budgétaire ministériel.

 

Le sous-financement des hôpitaux, notamment de notre région génère la détérioration de l'offre de soins. Notre coordination régionale CGT santé a donc décidé d'un mouvement de grève et de manifestation pour alerter la population et les usagers:

RASSEMBLEMENT A CAEN

(départ du local CGT du Ch. de L'Aigle  à 9h00, nous contacter au 9645)

le jeudi 23 janvier 2014,

pour la:

« Création d’un véritable service public de la santé et de l’action sociale et reconquête de la protection sociale ».

 

 

Il est temps d'exiger une autre politique, afin de mener à bien notre mission de service public et que soit pris aussi en considération:

  • Les difficultés de fonctionnement dans lesquelles se trouvent les hôpitaux.

  • Une augmentation significative des budgets.

  • Un mode de financement alternatif à la Tarification A l'Activité (T2A)

  • Le retrait de la loi HPST.

  • La reconnaissance professionnelle du personnel, notamment des sages femmes.

  • La revalorisation salariale du personnel de catégorie C et l'augmentation du point d'indice.

  • La suppression de la précarité.

 

 

14/01/2014

"Création d'un véritable service public de la santé et de l'action sociale et reconquête de la protection sociale".

 

 En Basse-Normandie, force est de constater la destruction orchestrée de notre système de santé et de protection sociale, la CGT ne veut pas en rester là. Depuis la loi HPST, le plan de financement de la sécurité sociale, le gouvernement via l’ARS ne cesse de s’évertuer à tout démanteler.

Le gouvernement réduit les financements pour la sécurité sociale et fait des cadeaux au grand patronat, et aux actionnaires….

Les ARS suivent et  sous-financent les hôpitaux, leur demandent de restaurer un équilibre budgétaire. Les hôpitaux  trouvent des solutions : des plans de redressement avec des licenciements, la  précarisation de l’emploi,  des restructurations, des regroupements d’établissements, ou  de compétences, des  attaques sur le temps de travail en revenant sur les accords RTT, sur le temps de travail journalier ( travail en 10 ou 12h), tolérant les glissements de taches, les sous effectifs, les suppressions de postes……..au détriment de la qualité de soins, de l’offre de soin …                   

 

Les patients sont en danger !!!             Les soignants sont en burn-out !!!!

L’austérité n’a pas sa place dans la santé

 

Nous refusons la  destruction de NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ,  basée sur la solidarité, l’accès aux soins pour toutes et tous….

Nous réclamons que le système de sécurité sociale solidaire tel qu’il a été organisé par le Conseil de la Résistance, reprenne toute sa dimension humaine, solidaire… Nous refusons que la SECURITE SOCIALE ne permette plus une réponse de soin. Nous refusons la marchandisation de la santé,

 

L’ARS organise un partenariat public /privé entre les cliniques et les hôpitaux de Vire et de Flers. Là encore on peut être sûr que cela se fera au détriment de l’offre de soins publique. Après celle de Vire, la maternité du centre hospitalier de Falaise de proximité est rayée de la  carte dans les projets de l’ARS. Le plan de licenciements secs au Centre hospitalier de Cherbourg a laissé prêt de 150 soignants sur le carreau. Le secteur psychiatrique ne peut plus assurer correctement sa mission de soin de proximité, les services non soignants se voient orientés vers le secteur privé…

 

Fermer les Hôpitaux et services publics de santé pour donner toujours plus au privé lucratif participe à la casse de notre système de protection sociale.

La récente décision du tonton flingueur de l’ARS d’octroyer un IRM au privé à but lucratif contre l’avis de la commission spécialisée de l’organisation des soins montre cette volonté de continuer à casser le service public de santé !!

C’est pourquoi la CGT régionale invite toute la CGT, les usagers, les personnels à dire stop.

 

Tous ensemble, disons STOP,

 le jeudi 23 janvier 2014, mobilisation massive à Caen de 11H à 13H, 

le 18 février à Cherbourg et le 18 mars à Alençon !!

 

ENSEMBLE POUR RECONQUÉRIR LE DROIT à la SANTÉ....

14/10/2010

Plus fort encore le 16 !!

 

 

 

Avec encore plus de détermination,

nous manifesterons

samedi 16 octobre

 

 

C’est énorme et historique aussi bien à Alençon que dans le département, le 12 octobre les salarié.e.s ont montré leur force, leur détermination, leur engagement :

PRESQUE 15 000 DANS L'ORNE : 7000 manifestant.e.s à Alençon , 4000 à Flers, 2000 à Argentan, 1000 à L’Aigle, 300 à Mortagne.

 

Devant cette déferlante, la fébrilité gagne le gouvernement et le patronat. Face à l’ampleur des manifestations, ils continuent la politique du déni.

 

Ainsi, ceux qui bloquent les salaires, suppriment les emplois, délocalisent et dictent leur loi sont sous très bonne protection et haute surveillance.

 

Par contre, dans sa réforme des retraites, le gouvernement s’attaque en particulier et sans ménagement aux populations déjà les plus fragilisées : les femmes, les retraités actuels et futurs et les jeunes, les salarié.es précaires... « DE CETTE SOCIETE LA, ON N'EN VEUT PAS !! »

 

A l’Aigle SAMEDI à 10h00 place de la poste

 

  • A Alençon SAMEDI 14h30 départ de la manifestation : devant le Conseil Général à Alençon.